Traducteur/translator

 

 

Mardi 26 mai 2009 2 26 /05 /Mai /2009 04:52




Liban : Le chef du Hezbollah accuse les Israéliens d’être derrière le rapport Der Spiegel, appelle à la retenue

Beyrouth, le 25 mai - Au cours du festival organisé dans la Banlieue-sud de la capitale libanaise à l’occasion de la neuvième commémoration de la libération du Sud Liban, le secrétaire général du Hezbollah Sayyed Hassan Nasrallah a salué la victoire de la Résistance libanaise, rendant hommage aux martyrs tombés pour la libération et au peuple libanais qui par son courage, sa détermination et sa patience a réussi à vaincre l’armée puissante qu’est celle d’Israël.

Le chef du Hezbollah a indiqué que depuis la création du parti en 1982 ce dernier s’est consacré à une seule cause : la résistance face à l’ennemi pour la libération de la terre et des détenus dans les geôles étrangères, ce qui l’a éloigné des affaires politiques, et ceci jusqu’en 2005, date de l’entrée effective du Hezbollah dans le jeu politique libanais, suite à l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, afin de protéger le Liban qui se trouvait au bord du précipice.

Expliquant que le Hezbollah n’a jamais cherché à créer des dissensions avec des entités politiques, Nasrallah s’est adressé aux druzes de la Montagne libanaise, rappelant que le Hezb a depuis entretenu d’excellentes relations avec les autorités religieuses et politiques druzes, notamment avec le PSP de Walid Joumblatt, signalant que ces relations sont restées telles quelles même à l’issue des divisions entre les camps du 14 et du 8 mars. Il a également mis en garde les druzes de toute personne qui tente de figurer le Hezbollah en tant qu’ennemi vis-à-vis d’eux, soulignant que les Israéliens veulent créer un climat d’animosité entre les Chiites et les Druzes au Liban, et rappelant que les ennuis n’ont commencé entre ces deux communautés que depuis « un certain discours contre les armes de la Résistance », et se sont clos à l’issue des incidents du 7 mai 2008 suite à l’intervention de l’émir Talal Arslan puis des accords de Doha.

S’exprimant sur son accord avec le CPL, Nasrallah a signalé que le désaccord actuel entre les Chrétiens du 14 mars et le général Aoun existe bien avant l’alliance de ce dernier avec le Hezb, ajoutant que l’expérience n’a fait que prouver que le général Michel Aoun est un homme indépendant par excellence, et un dirigeant ayant une vision et une bonne plateforme, et qu’aucune puissance ou ambassade ne peut l’obliger à faire ce qui va à l’encontre de ses croyances, insistant sur le fait que Aoun est fidèle à un Liban uni et au rôle que tiennent les Chrétiens au pays des cèdres. Il a également déclaré que le fait que le député Aoun est son mouvement existent est une assurance pour le patriotisme réel dans un Liban uni et solide.

En ce qui concerne le Hezbollah, le chef de la Résistance a assuré que personne ne peut prendre quoique ce soit du Hezb par la force ou par les menaces, mais que par la loyauté, tout peut être pris, et c’est par la loyauté que les alliances ont été faites pour les législatives de 2009.

Quant à ce qui touche les incidents du 7 mai, Nasrallah a déploré le fait que son discours a été partitionné et que les médias et les politiciens n’ont mis l’accent que sur sa phrase qualifiant le 7 mai de journée glorieuse, alors que la plupart de ces interrogations concernant cette date sont restées sans réponse. Affirmant que ces incidents ont été programmés et que des milices ont été crées sous le couvert de compagnies de sécurités, Nasrallah a indiqué que les membres de ces milices ont été entraînés dans des pays arabes qu’il ne nommera pas, et que des milliers d’hommes armés ont été ramenés à Beyrouth.

Abordant les « fausses accusations » circulées par l'hebdomadaire allemand Der Spiegel contre le Hezbollah et selon lesquelles il serait derrière l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri en 2005, Nasrallah a réitéré que la bataille qui a suivi le conflit israélo-libnais, est de créer des tensions entre les Arabes et les Iraniens ainsi que les Sunnites et les Chiites ; mais à présent, le nouveau complot est la nouvelle fausse accusation de meurtre.

Qualifiant le rapport de Der Spiegel de « plus dangereux que l’attaque contre le bus d’Ain el-Remmané » qui a déclenché 15 ans de guerre civile au Liban, le chef du Hezbollah a invité les Libanais à faire preuve de responsabilité envers ce rapport dont le but est de semer la zizanie entre les Libanais, avant d’ajouter que ce rapport est une accusation israélienne dirigée contre le Hezbollah qui saura comment traiter avec ce rapport.

Libnanews

Par Aschkel - Publié dans : MENACES IRANIENNES ET AXE DU MAL, Hezbollah, Syrie - Communauté : L'Equipe J.A.G - TOP NEWS -
Réagir, commenter - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Recherche

 

    
Traduire la page:
By

------------------------------------- 

 

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

Paiement sécurisé


Catégories

Mon livre d'or

 

 

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Recommander

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés