Traducteur/translator

 

 

Mardi 26 mai 2009 2 26 /05 /Mai /2009 09:41

 Spécialement pour toi mon ami Yéhoudi

. L'école biblique, son idéologie, et sa méthodologie

L'école biblique de Jérusalem constitue l'un des centres de la recherche archéologique en Israël. Les assyrologues y croisent les égyptologues, et les cours de langues anciennes délivrés par cet institut ne sont pas faits en dehors d'un cadre méthodologique, qui est aussi idéologique. Ce cadre idéologique se fonde sur un point de vue très particulier, puisqu'il emprunte aux historiens bibliques une approche historique du texte, tout en refusant de lui conférer une valeur de document historique, en le remettant en cause de façon permanente, avec les textes des civilisations adjacentes, et selon un cadre périodique qui passe du statut d'hypothèse de recherche, à celui de cadre référentiel historique absolu. En d'autre termes, les datations approximatives des textes de la Bible deviennent très vite des datations absolues dès leur mise en contradiction avec des sources d'autres civilisations. D'autre part, si un texte d'une autre civilisation vient contredire le texte biblique, le principe méthodologique appliqué par l'école biblique consiste souvent à adopter de préférence le point de vue de ce texte, ou d'accepter son lot d'informations plus favorablement, le texte de la Bible étant a priori remis en doute comme étant un texte de croyances. Du point de vue méthodologique, nous assistons à un système logique qui se contredit lui-même, puisque le statut de l'objet d'étude historique/archéologique, soit le texte, est à la fois pris comme document historique ferme et comme document de l'histoire des mentalités sans fiabilité historique archéologique. D'autre part, dans une partie du monde où , à la période antique l'écriture était toujours dotée d'un caractère sacré, et où les scribes des différentes civilisations bénéficiaient d'un statut d'élite proche de celui des prêtres, puisqu'ils devaient conserver la mémoire de dynasties aux dimensions divines, on peut s'étonner de la partialité des chercheurs rejettant la validité du texte biblique comme objet de croyance pour lui préférer les textes des autres civilisations, tout aussi sacrés.

Sous le couvert d'une méthodologie cartésienne, car fondée sur le doute - mais nous avons vu que ce doute ne saisissait pas également tous ses objets d'étude - l'école biblique de Jérusalem a fonctionné pendant près de trente ans au service de l'idéologie chrétienne, niant la judaïté des antiquités qu'elle étudiait pour revendiquer une chrétienneté de plus en plus précoce des groupements humains considérés. 


C'est ainsi que les rouleaux de la Mer Morte furent inaccessibles aux chercheurs israëliens n'appartenant pas à l'école biblique pendant plus de vingt ans. Il a fallu encore dix années d'études internationales pour remettre en question la lecture imposée par l'école biblique qui voulait voir dans la secte juive réfugiée à Qumran une secte chrétienne, et l'on sait à présent que les indices relevés dans les textes par l'école biblique étaient très discutables. L'enjeu idéologique est ici évident. Il s'agissait pour l'école biblique de trouver un autre foyer du développement du christianisme ancien, proche de Jérusalem et par conséquent du Temple, où se trouvaient historiquement le plus grand nombre d'opposants à la doctrine chrétienne. Ce faisant, cette découverte permettait de passer sous silence une autre hypothèse, celle d'un groupe juif établi à Qumran pour garder les objets sacrés du temple emmenés avec eux. La destruction totale du Temple de Jérusalem et de ses objets est une partie intégrale du dogme chrétien, selon lequel cette destruction vient effacer l'erreur des Juifs qui refusent de reconnaître la messianité de Jésus. L'interprétation des rouleaux de la Mer Morte effaçait ainsi une hypothèse idéologiquement gênante, puisqu'elle mettait en évidence une survie du judaïsme et de ses prêtres, qui remettait en cause la doctrine de la punition collective.


C'est dans ce cadre que la découverte du rouleau de cuivre, puis du rouleau d'argent vint à nouveau bousculer un montage idéologique.

YONA DUREAU 

Par Aschkel - Publié dans : ARCHEOLOGIE D'ISRAEL - Communauté : J.A.G - HISTOIRE et JUDAISME
Réagir, commenter - Voir les 12 commentaires
Retour à l'accueil

Recherche

 

    
Traduire la page:
By

------------------------------------- 

 

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

Paiement sécurisé


Catégories

Mon livre d'or

 

 

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Recommander

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés