Traducteur/translator

 

 

France    ISREAL   English
Vendredi 24 décembre 2010 5 24 /12 /Déc /2010 07:29

 

 

Dossier chantage et etat palestinien

theisraelproject

Israël s'oppose aux tentatives palestiniennes concernant le statut d'État unilatéral  car : 

Arafat, Abed Rabbo

Yasser Arafat et Yasser Abed Rabbo en 1999 (Photo: Hans Jørn Storgaard Andersen)

Jérusalem, 19 décembre – Israël s'oppose à la déclaration d'indépendance unilatérale palestinienne (DIU) puisqu'elle évite des négociations directes afin d’aboutir vers une paix durable, en retardant la possibilité d'un accord sur les problèmes cruciaux. 

Même le Premier ministre, Salam Fayyad, admet que la DIU n'est pas la meilleure façon de progresser. L'Autorité Palestinienne (AP) ne recherche pas une déclaration d'indépendance unilatérale (DIU) parce qu'un véritable État palestinien nécessite l'approbation et la reconnaissance d'Israël, a dit Salam Fayyad. 

Israël est convaincu que la création d'un État palestinien sera le résultat de négociations continues entre les deux peuples. Rien ne remplace de réelles discussions. 

La coexistence et la fin de la belligérance peuvent conduire à une compréhension mutuelle et à une paix durable. La reconnaissance unilatérale d'un État palestinien va à l'encontre de la Feuille de route et  des Résolutions 242 (1967) et 338 (1973) du Conseil de Sécurité de l'ONU qui établissent une structure pour conclure un accord de paix viable. 


La DIU influence négativement les perspectives de paix en minimisant la nécessité des pourparlers directs. 

Reconnaissance :

L'Argentine, le Brésil et l'Uruguay ont reconnu un État palestinien qui occuperait l'ensemble du territoire capturé par Israël en 196(ainsi que de la Bolivie )

La Chambre des Représentants des États-Unis a adopté une 

résolution condamnant toute inititiave unilatéralepar l'Autorité Palestinienne (AP).

Jeudi 16 décembre, l'Union européenne a également publié une déclaration soutenant le processus des négociations et d'un engagement sérieux sur les principaux problèmes. Plus tôt, les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont considéré une motion pour reconnaître un État palestinien d'ici un an si aucun progrès n'était fait d'ici un an, selon le porte-parole de la délégation de l'UE en Israël, David Kriss. 

Opinions d'experts :

Bien que la déclaration palestinienne unilatérale d'un statut d'État soit une alternative apparemment séduisante aux négociations et gagne en crédibilité parmi un groupe croissant de pays, elle constitue une recette quasiment assurée pour la guerre. Si le gouvernement palestinien revendique unilatéralement une terre où vivent actuellement près de 400 000 israéliens en Cisjordanie, ne vous attendez pas à ce qu'ils la quittent et déménagent tout simplement, en particulier s'ils n'ont pas été consultés à cet égard. Attendez-vous à ce qu'ils se battent, " écrit Jonathan Schanzer, expert du Proche-Orient et vice-président de la Fondation pour la Défense des Démocraties. 

A partir de là, un conflit autour de la frontière avec Israël devient inévitable, " ajoute Jonathan Schanzer.

Reconnaître l'existence d'un État palestinien dans les circonstances actuelles revient à réinventer le droit international. Si les Palestiniens se définissent comme un État, alors beaucoup d'autres mouvements séparatistes d'Europe et du reste du monde pourraient en faire autant. En réalité, une telle décision pourrait se retourner contre les Européens à l'avenir, " a dit David Benjamin, consultant sur le droit international et ancien conseiller juridique militaire des Forces de Défense d'Israël.

Ces actes de reconnaissance sont une violation des processus de négociations de paix des Résolutions 242 (1967) et 338 (1973) du Conseil de Sécurité de l'ONU, réputées internationalement acceptées et soutenues. 

Ce facteur a été peut-être amplifié à la suite d'une tentative palestinienne de déclarer un statut d'État en 1988, alors que plus de 100 États ont donné leur reconnaissance. Mais, manifestement, cette tentative palestinienne unilatérale d'imposer une solution au problème israélo-palestinien hors du cadre des processus de négociations de paix, établi par les Résolutions 242 (1967) et 338 (1973) du Conseil de Sécurité de l'ONU internationalement acceptées et soutenues, n'a jamais été considérée comme un facteur sérieux pour résoudre le problème, " a dit Alan Baker (
1), un expert en droit international au Centre de Jérusalem pour les Affaires Publiques. 


La résolution 242, en particulier, dit que les frontières peuvent être accordées selon un accord libre entre les deux États concernés. " Nous gardons sans cesse à l'esprit qu'une paix juste et durable au Proche-Orient doit nécessairement être basée sur des frontières définitives sûres, entendues ouvertement et négociées par les États voisins, " indique-t-elle.

Contexte:

Yasser Arafat, alors chef de l'Organisation de la Libération de la Palestine, a déclaré un État palestinien en novembre 1988. Le Conseil de Sécurité de l'ONU et 93 gouvernements ont soutenu le geste. Mais, l'État n'a jamais vu le jour parce que la reconnaissance s'est avérée insignifiante ; les négociations restent ainsi la méthode préférable pour conclure un statut d'État palestinien

Un État palestinien verra le jour après la conclusion d'un " 
Accord sur le statut définitif" qui détermine le droit palestinien à l'autodétermination de son caractère et reconnaît "les droits mutuels légitimes et politiques " des Palestiniens et des Israéliens à la fois. 

Le but est de " conclure un accord de paix juste, durable et global et une réconciliation historique par un processus politique entendu, " 
selon les Accords d'Oslo

Le processus inclut 
la finalité des revendications sur les problèmes, y compris " les frontières définitives, les implantations israéliennes, Jérusalem, la solution au problème des réfugiés et les accords de sécurité, " la fin du conflit et la fin de l'occupation tel que défini par le droit international, ainsi que l'instauration de relations diplomatiques entre les deux pays. 

L'entité palestinienne n'est pas un État souverain puisqu'elle ne répond pas tout à fait aux critères de statut d'État, en particulier avec 
la structure de la Feuille de route

Par Aschkel - Publié dans : CHANTAGE ET "ETAT PALESTINIEN" - Communauté : L'Equipe J.A.G - TOP NEWS -
Réagir, commenter - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

la reconnaissance mutuelle est la seule issue au conflit du proche orient.

 

Dominique

Commentaire n°1 posté par mutuelle de sante le 14/09/2012 à 17h56

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Catégories

Articles récents

Liste complète

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Recommander

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés