Traducteur/translator

 

 

France    ISREAL   English
Mercredi 27 janvier 2010 3 27 /01 /Jan /2010 16:45

LE MAÎTRE À PENSER DE L'ISLAMISME RADICAL

Sayed Qotb (1906-1966) est un auteur décisif pour comprendre l'Islamisme radical, ses notions et ses objectifs

 

Par Roger-Pol Droit,
journaliste et écrivain

Logo dossier


Je remercie A.SOUED pour l'envoi de ce texte


Paru dans le Point  - N°1669 – présenté par nuit dorient  le 25/01/10 

Sur :  aschkel.info et lessakele


 

Sayed Qotb; Sayed Imam El-Sharif

 

Pour la plupart d'entre nous, citoyens des pays occidentaux, l'Islamisme radical est une découverte encore récente. Il aura fallu le 11/09/00, les talibans, Al-Qaeda pour que nous commencions à entrevoir la profondeur et la puissance du conflit qui s'installe. Pourtant, depuis plusieurs décennies, un penseur égyptien avait déjà élaboré les fondements de cette guerre. Une guerre totale, à ses yeux, presque un conflit cosmique, indissociablement mystique et politique. Son oeuvre monumentale, élaborée au milieu du 20ème siècle, semble appartenir à un autre temps. Elle évoque, pour nous, le Moyen Age et le totalitarisme fanatique. Sa lecture est impressionnante à tous égards. Cet homme se nomme Sayed Qotb (1).

Célébrissime dans nombre de pays musulmans, son nom, ici, n'est connu que des experts. Pourtant, depuis les années 1970, sa pensée n'a cessé d'exercer une influence considérable sur les mouvements Islamistes. Khomeyni vénérait sa mémoire, l'Iran a d'ailleurs émis un timbre à son effigie. Les dirigeants du Soudan se réclament de lui, aussi bien que les groupes Islamiques armés d'Algérie (GIA). Les talibans l'enseignaient à Kaboul. Oussama ben Laden lui-même fut un des étudiants de Mohammed Qotb, son frère, éditeur de la version autorisée des 4 000 pages de l'oeuvre principale de Sayed. Ayman Al-Zawahiri, théoricien de Ben Laden et N°2 d'Al Qaeda, qui condamnait récemment la loi française contre les signes religieux à l'école, est un de ses disciples les plus directs.

Précisons-le d'emblée: ses lecteurs vont plus loin dans l'horreur que Qotb lui-même.

Lui n'a pas préconisé le terrorisme et les assassinats comme moyen de lutte. Les combattants actuels simplifient et durcissent sa démarche, pourtant déjà radicale. Mais pratiquement tous les mouvements Islamistes se rattachent à son héritage, pour s'en inspirer plus ou moins fidèlement, rarement pour s'en démarquer. A l'arrière-plan de la nébuleuse des organisations et des tendances se tient cet énorme discours aux facettes multiples. Son existence est indispensable à connaître pour saisir ce qui inspire, en profondeur, les combattants du djihad.

 

En effet, la pensée de Sayed Qotb possède une cohérence interne indiscutable et une intensité spirituelle soutenue. Les deux se conjuguent rarement. On aurait donc tout à fait tort de croire cette oeuvre simpliste ou confuse. Ce sont au contraire sa puissante envergure, sa capacité à unir mystique et politique qui d'abord retiennent l'attention et peuvent rapidement susciter l'effarement ou l'effroi. Pour entrevoir cet univers mental déconcertant pour un Occidental moderne, il faut commencer par se placer dans la perspective d'une conversion religieuse totale qui englobe la totalité de la vie humaine, individuelle et collective, et ne laisse rien au-dehors d'elle.

 

L'Islam de Qotb n'est pas une religion privée, partielle, individuelle. "L'Islam est un ordre intégré complet, dit-il, un axe fixe autour duquel tourne la vie dans un ordre précis".  Tout doit être régenté par l'autorité divine, non par des décisions humaines.  "Cela s'applique au mariage, à la nourriture, à l'habillement, aux contrats, à toute activité et travail, à toutes les relations sociales et commerciales, à tous les us et coutumes".  Dans cette perspective, pas moyen de séparer profane et sacré, religieux et laïc, Eglise et Etat, foi et politique. Au contraire, aux yeux de Qotb, ces divorces ont engendré la crise de civilisation des temps modernes. Le grand malaise contemporain - êtres humains déboussolés au coeur de la prospérité apparente, guerres mondiales, dépravation des moeurs - provient pour lui d'une seule erreur fatale: avoir séparé Dieu du monde. C'est à cela qu'il faut mettre un terme.

 

Le schéma d'ensemble est donc: harmonie divine, alliance rompue et temps d'errance, lutte pour restaurer le règne divin. La trajectoire personnelle de Qotb, si l'on se tourne vers sa biographie, correspond à ce schéma. Naissance : 1906, village de Mucha, près d'Assiout, en Haute Egypte. Famille : petits propriétaires terriens. Education : musulmane pieuse. Vérité ou légende : aurait appris le Coran par coeur à 10 ans. Voilà pour l'harmonie supposée. L'errance, elle, va durer plus longtemps. Etudes : au Caire, à partir de 14 ans, école normale de futurs professeurs. Influence de l'Islam réformiste, ouvert aux idées occidentales, celui-là même qu'il combattra plus tard. Carrière : enseigne à l'école publique, puis travaille au ministère de l'Education. Vie religieuse : à distance des extrémistes. Le mouvement radical des Frères musulmans, fondé au Caire par Hassan al-Banna entre 1927 et 1928, progresse rapidement. Qotb, alors, n'en fait pas encore partie.

Caractère : timide, sensible, réservé. Ambition, à cette époque : devenir homme de lettres. Ecrit dans diverses revues, publie nouvelles, poèmes, essais de critique littéraire. Quand revient-il donc exactement vers le Coran et les sources de sa foi ? Dans quelles circonstances, pour quelles raisons ? Points mal élucidés. Son périple en Occident (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Suisse, Italie) de 1948 à 1950 passe souvent pour le facteur déterminant de cette conversion. Ce n'est pas sûr. Son livre "La justice sociale dans l'Islam", qui paraît en 1948, peut être, déjà, une conséquence de cette mutation. En tout cas, son immersion dans la société américaine, à l'occasion d'une mission pédagogique, fut pour Sayed Qotb une épreuve cruciale.

 

Qu'on imagine ce célibataire de 42 ans, qui n'a jamais quitté l'Egypte, arrivant dans le Colorado. Chaque jour, tout le choque. Le racisme dont il est victime, mais aussi la violence des combats de boxe, les dissonances du jazz, la tenue et les regards des étudiantes, leur liberté de moeurs."Les filles américaines savent parfaitement le pouvoir séducteur de leur corps, écrit-il dans "L'Amérique que j'ai vue". Elles savent qu'il réside dans le visage, les yeux expressifs et les lèvres gourmandes. Elles savent que la séduction réside dans les seins ronds, les fesses pleines, les jambes bien formées - et elles montrent tout cela et ne le cachent pas".  Une soirée dansante organisée dans une église le laisse abasourdi.

Dès son retour, Qotb devient membre des Frères musulmans et le doctrinaire le plus influent d'un mouvement qui compte déjà, rien qu'en Egypte, plus d'un million de membres actifs. Nasser prend le pouvoir en 1952 avec leur soutien, avant de les pourchasser à partir de 1954. Qotb est emprisonné. Son frère Mohammed se réfugie, avec d'autres, en Arabie saoudite. Sayed ne quittera pas la prison avant la fin de 1964. C'est là qu'il rédige et remanie constamment "A l'ombre du Coran", son commentaire-fleuve de certaines sourates. Intention : expliquer le Coran par le Coran, sans commentaires philosophiques ou historiques extérieurs.

Qotb veut revenir au « mode de penser musulman pur ». Cette pureté ne se trouve pas en restant dans les livres. Ce qui importe, pour lui, c'est le Coran comme expérience, l'Islam comme vie intégrale, rupture avec les erreurs anciennes, lutte pour l'avènement d'un monde où l'on ne servira plus que Dieu. Car, insiste Qotb, "tout ce qui est coupé de Lui est coupé du vrai sens de cette vie". Tout se mesure à l'aune divine.

En prison, Qotb est entré dans la lutte finale. Pour lui, c'est l'écriture, l'élaboration d'une pensée capable de remettre l'humanité entière sur la voie de l'harmonie divine. Car "ce système est là pour guider tous les hommes". Le sage rebelle et inflexible vit à l'hôpital de la prison. Santé fragile et séquelles de tortures. Fin 1964, il est libéré. Il publie "Repères sur le chemin", recueil des pages les plus radicales de son grand oeuvre. Après huit mois de liberté, Qotb est de nouveau arrêté. Condamné à mort par un tribunal militaire à cause de son livre, il est pendu le 29 août 1966. Le Frère combattant meurt en martyr.

On ne résume pas 4 000 pages. On retiendra que deux notions antagonistes organisent l'ensemble. Ce que les musulmans doivent combattre, en eux-mêmes comme au-dehors, se nomme la jâhiliyya. Ce terme désigne habituellement l'ignorance, l'état de ceux qui n'ont pas reçu le message de Dieu. Cette errance liée au paganisme prend chez Qotb un sens extrêmement large: la jâhiliyya est devenue, aujourd'hui, totale et mondiale. L'alliance avec Dieu est rompue. Les hommes croient pouvoir décider à sa place, ce qui est la pire des offenses. Le matérialisme domine, les moeurs sont bestiales. La "corruption de la terre" l'emporte. L'Islam a perdu le rôle offensif et le leadership qui, selon Qotb, doivent être les siens. Il s'agit de les restaurer par la lutte. La guerre la plus acharnée doit être menée contre les pires ennemis, les faux musulmans, les musulmans de nom, de nom seulement. Sous couvert d'Islam, ils accroissent en fait la jâhiliyya en séparant les hommes de Dieu par la laïcité de l'Etat. Ce qu'il s'agit d'instaurer définitivement, c'est tout l'inverse de cette errance : la hâkimiyya, le règne et l'autorité de Dieu, l'emprise de son jugement infaillible sur toutes les affaires humaines. Seul ce règne absolu pourra garantir la liberté, puisque aucun humain ne sera plus soumis à aucun autre. Le règne de Dieu mettra un terme à toute dictature humaine. C'est donc seulement avec l'instauration universelle de la Shari'a, l'ensemble des préceptes pratiques du Coran, que prendra fin l'errance de l'humanité. On coupera donc partout la main des voleurs, toutes les femmes cacheront leur corps et toutes seront lapidées à mort en cas d'adultère.

 

Dans la vision cosmique de Qotb, le peuple de Dieu (les vrais Musulmans) s'oppose aux Juifs et aux Chrétiens, qui tentent, depuis toujours et sans succès, de les anéantir.  "Depuis les premiers jours de l'Islam, écrit Qotb, le monde musulman a toujours dû affronter des problèmes issus de complots juifs".  Les quelques passages du Coran qui incitent au pardon et à la tolérance envers les juifs, Qotb conseille de ne pas les mettre en valeur : "En vérité, ce sont des juifs qui soutiennent la plupart des théories maléfiques visant à détruire toutes les valeurs et tout ce qui est sacré pour l'humanité"

Le totalitarisme théologique de Qotb projette une guerre de très longue durée, menée au nom de Dieu contre les impies, y compris, éventuellement, les oulémas eux-mêmes. Toute laïcité est jugée criminelle. Toute "liberté de non-croyance en Dieu" est refusée. Toute coexistence religieuse est inconcevable, sauf tactique temporaire. L'Islam doit s'assurer le leadership total sur l'humanité – "son objectif est la terre entière", souligne Qotb. A terme, il s'agit d'instaurer un Etat Islamique mondial, un règne planétaire de la Shari'a. Rien de moins. Ce n'est certes pas la seule conception de l'Islam, ni la seule lecture du Coran disponible. Mais ce noyau d'idées "qotbistes" se trouve au centre du terrorisme actuel. Cela éclaire. Cela ne rassure pas.

 

(1) A lire le meilleur ouvrage en français sur la pensée de Qotb est celui d'Olivier Carré, Mystique et politique. Le Coran des Islamistes. Lecture du Coran par Sayed Qotb, Frère musulman radical (1906-1966). Cerf / «Patrimoines », 2004 (350 pages, 50 euro). On trouvera une approche plus journalistique dans le livre de Paul Berman Les habits neufs de la terreur. Traduit de l'américain par Richard Robert. Préface de Pascal Bruckner. Hachette Littératures, 2003. 
Par Aschkel - Publié dans : AU NOM DE L'ISLAM - Communauté : L'Equipe J.A.G - TOP NEWS -
Réagir, commenter - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Catégories

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Recommander

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés