Traducteur/translator

 

 

France    ISREAL   English
Lundi 17 mai 2010 1 17 /05 /Mai /2010 04:40

pa

ANALYSE A LA UNE

Se tenir prêt face au Hezbollah

ynetnews

 

 

 

Two Iraqi Scud missiles in a truck trailer in 2003. The White House said Wednesday it was increasingly concerned about possible Syrian Scud missile sales to the Lebanese Hezbollah movement, a day after Israel raised the alarm.

 

 

 

 

L’Armée israélienne prévoit d’entrer dans la prochaine guerre au Liban avec un puissance de feu accrue et des capacités améliorées.

 

Par Alex Fishman

Adapté par Marc Brzustowski, pour lessakele et aschkel.info

 

suite de :  >>Le nouveau champ de bataille libanais (1ère Partie)



15/10/2010



 

 

 

2ème Parie de l’article

 

 

Les missiles Scud, dont on a révélé le transfert de Syrie au Hezbollah, sont prévus remplir un objectif spécifique. S’il s’avère exact que les missiles clandestinement fournis sont bien des Scuds de type D, il s’agit alors d’une menace sur le réacteur nucléaire israélien de Dimona.

 

Pour autant que l’on sache, la milice de Nasrallah n’a pas le projet de prendre d’assaut des zones en Galilée. Il peut avoir la capacité de lancer des assauts sur une communauté, dans le but de produite un drame, cependant sa guerre sera concentrée sur le tir massif de roquettes et missiles sur Israël, en profondeur et sur une période longue. Pour cette raison, laplupart de ses fortifications visent à protéger et alimenter ses armes stratégiques.

 

Northern Front

 

The new Lebanon battlefield /Alex Fishman

 

Israelis don’t fully realize scope of military threat posed by Hezbollah, Alex Fishman says

Full Story

 

 

Cette protection est établie au travers de plus de 160 bastions militaries répartis au Sud-Liban, dans les villages et leurs alentours, y compris dans les enclaves chrétiennes. C’est pour cette raison que, lors des exercices militaires, l’armée fait référence à ces communautés comme s’agissant de bastions militaires, dans tousles cas de figure. Pour changer cette situation, l’armée entrera en guerre la prochaine fois au Liban en suivant un plan qui a déjà été appliqué.

 Le Hezbollah a commence à tirer les premières leçons, à l’aune de la Seconde Guerre du Liban, et les a revises à la suite de l’Opération Plomb Durci à Gaza. L’opération dans le Sud de fin 2008-début 2009 a fait la démonstration, à une plus large échelle qu’en 2006, des graves résultats de la fameuse « Doctrine Dahiya » de l’armée israélienne – et Nasrallah a pris conscience que l’armée israélienne est dans une situation totalement nouvelle, aussi bien en termes de marge de manœuvre que de puissance de feu.

 

C’est pour cette raison que le Hezbollah (autant que le Hamas) a rapidement creusé des fortifications souterraines – des bunkers, des quariters généraux, des centres de commandement et de contrôle, et des labyrinthes de passage d’un secteur à l’autre.

Quiconque veut être en mesure de déclencher un feu coordonné sur la même cible, a besoin d’un système de commandement et de contrôle bien plus avancé que celui dont disposait le Hezbollah jusqu’à présent. En fait, c’est bien là que se situe sa vulnérabilité. D’un côté, il est difficile de faire face avec une milice terroriste qui se comporte comme une armée. D’un autre côté, le Hezbollah rencontre déjà tous les problèmes d’une organisation armée institutionnalisée ; des problèmes qui n’affectent généralement pas les petites cellules secrètes de guérilla.

Durant la Seconde Guerre du Liban, l’armée de l’air israélienne a détruitles missiles de longue portée du Hezbollah dans les premières 35 minutes. Du coup, 50% des roquettes tirées à partir de lanceurs de roquettesde petite et moyenne portée avant même de pouvoir être utilisées,alors que celles restantes ont été immédiatement détruites après le premier assaut. Nous pouvons affirmer plusiuers points attestant que les capacités de l’armée de l’air et les forces terrestres israéliennes, en termes d’armement de précision et de moyens de frapper de telles cibles se sont améliorées depuis lors.

 Le rêve du Hezbollah est de maintenir sur pied unearmée de 40 000 hommes, aujourd’hui il n’en dispose que de la moitié, et l’augmentation à laquelle il aspire suppose de faire des compromis sur la qualité de cette main d’œuvre. Pire, les systèmes d’armement sophistiqué requièrent des capacités de stricte maintenance et de haute technologie. Il n’est alors plus question de se battre avec sa kalashnikov ou son RPG.

Durant la prochaine guerre, la FINUL ne se trouvera plus au Sud-Liban. Ses membres le quitteront dès que la guerre éclatera, mais si on évite d’en parler dès à présent. La FINUL ne dispose pas de mandat pour s’interposer dans les combats, et il a un intérêt certain à préserver la vie de ses soldats.

 Sur un autre front, les 15 000 hommes de troupe de l’Armée libanaise déplyés au Sud du Litani ne constitue pas un cible de l’armée israélienne, à cette heure. Cependant, on s’attend à ce que cette armée se mette en ordre de bataille dès que la guerre aura éclaté. Se basant sur cette logique, l’Armée de défense israélienne affrontera cette armée en tant que force hostile. En d’autres termes, tout combat qui incluera un mouvement des forces terrestres israéliennes au Liban devra repousser et neutraliser ces 15 000 hommes de troupe aussi rapidement que possible.

 

 

 

Apparemment, Nasrallah n’est pas convaincu que sa milice ait atteint le niveau optimal pour se lancer dans une guerre. Il dispose de stocks infinis de roquettes, mais de suffisamment de missiles de précision et de longue portée. Nous pouvons affirmer que dès qu’il aura accumulé d’un arsenalsuffisant, le compte à rebours commencera. Le déclenchement des hostilités ne sera plus qu’une question de temps.

 

Et c’est précisément le moment de se demander ce que fait le gouvernement israélien pour que ces violations du point critique en matière d’armement ne continuent pas de tomber entre les mains du Hezbollah, et pourquoi les convois qui traversent la frontière entre la Syrie et le Liban devraient continuer de bénéficier d’une parfaite impunité sous les auspices de la résolution 1701 de l’ONU

Par Aschkel - Publié dans : ANALYSES/INTERVIEW/DISCOURS - Communauté : L'Equipe J.A.G - TOP NEWS -
Réagir, commenter - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Catégories

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Recommander

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés